HYSTEROSCOPIE DIAGNOSTIC

L’hystéroscopie consiste à introduire dans l’utérus un tout petit endoscope très fin qui permet de regarder à l’intérieur du col et de la cavité utérine.

Cet examen, lorsqu’il est réalisé dans le seul but de « regarder », peut se faire sans aucune anesthésie car il est indolore, on parle alors d’hystéroscopie diagnostique.

Celle-ci peut être réalisée lors d'une simple consultation, comme le prolongement de l’examen clinique, à condition de disposer du matériel adéquat dans le cabinet de consultation.

Lorsque l’on découvre une anomalie de la cavité utérine et qu’il y a besoin d’un geste chirurgical afin de corriger cette anomalie, on parlera, alors, d’hystéroscopie opératoire : celle-ci nécessitera dès lors soit une anesthésie locale, soit une anésthésie générale voire pour certains locorégionale (péridurale ou rachianesthesie).

Position du chirurgien lors d'une hystéroscopie

L'Hystéroscopie dite diagnostique consiste à introduire dans l’utérus un tout petit endoscope très fin qui permet de regarder l’intérieur du col puis de la cavité utérine.

Elle doit être réalisée entre le 5e et le 14e jour du cycle, afin :

Cet examen est indolore (score de douleur 2/10) à condition d’utiliser des endoscopes fins et un milieu de distension "doux" (lavage de la cavité par du sérum physiologique (eau)) à faible pression. 

L’hystéroscopie diagnostique ne nécessite aucune prémédication, ni aucune préparation particulière. 

Les suites de l’hystéroscopie sont en général indolores, parfois un très léger saignement peut survenir pendant quelques heures. 

Les endoscopes utilisés et en général tout le matériel de consultation sont désinfectés par un protocole très strict afin d’éviter tout risque d’infection nosocomiale. 

Shéma de l'hystéroscopie
 

On utilisera cette méthode d’investigation chaque fois que l’on veut contrôler visuellement la cavité utérine :