MENOPAUSE

INTRODUCTION

La ménopause : est la disparition définitive du cycle menstruel, secondaire à l’arrêt de l’activité ovarienne par épuisement du capital folliculaire ovarien

Elle survient en moyenne à l’âge de 50ans.

Elle est confirmée après 1 an d’aménorrhée (intérêt du test au progestatif)

LA PERIMENOPAUSE 

La périménopause est la période précédant la ménopause.

Elle se caractérise par la perturbation des secrétions lutéiniques en progestérone avec une hyper-œstrogénie relative.

Ils sont liés à l’hyper-ostéogénie relative :

Le traitement des troubles de cycles (métrorragies, ménorragies par hyper-ostéogénie relative) repose sur la prescription de progestatifs de synthèse (du 15e au 25e jour du cycle)

LA MENOPAUSE 

Elle est liée à l’arrêt du fonctionnement ovarien par épuisement du capital folliculaire ovarien : aménorrhée secondaire (disparition des règles), anovulation et fin de la vie reproductive physiologique de la femme.

Aménorrhée secondaire : définitive et ne répond pas au test au progestatif

Le syndrome Climatérique : est la traduction clinique initiale de la carence ostrogénique, il associe :

Résultat de recherche d'images pour "ménopause"

Les effets à long terme de la ménopause sont dus à la carence ostrogénique : Ostéoporose, augmentation du risque d’accident cardio-vasculaire, sécheresse et atrophie vulvo-vaginale, amincissement et fragilité cutanée, involution adipeuse des seins, prise de poids, involution utérine, troubles psychiques ….

Il n’y a pas lieu de prescrire un THM en l’absence de troubles climatériques.

Il existe 2 schémas thérapeutiques associant un œstrogène et un progestatif selon que l’on souhaite ou non mimer le cycle menstruel :

En cas d’antécédent d’hystérectomie, prescription uniquement d’œstrogènes.

Le THM augmente de façon modérée le risque de cancer de sein.

Ne pas prescrire de THM à des femmes présentant un antécédent de maladie veineuse thrombo-embolique (risque d’accident thrombo-embolique).

Le THM joue un rôle dans la prévention primaire de l’ostéoporose et diminue le risque de cancers du côlon.

La mise en route d’un THM impose une surveillance clinique et biologique régulière :